Paysages Sonores

22/05/2013

Notre intention commune était de composer une cartographie fantasmagorique afin de capter l’empreinte d’une troisième ville onirique et sonore. À travers un univers de bruits et et de petits objets sonores architecturaux, des dispositifs nous renvoie à un lieu inexistant, utopique chevauchement de nos villes, qui se révèle par une nouvelle cartographie sensible, visuelle et sonore de ce non-lieu. Avec ces multiples dispositifs, notre objectif était de non pas présenter une œuvre total, mais plutôt de s’évertuer vers le déploiement d’une pluralité de l’œuvre. C’est donc dans l’esprit d’une symphonie de ces multiples ambiances des villes que nous avons explorez plusieurs formes et avenues : l’installation des objets sonores tactiles, une mini-édition de quatre livrets sur papier mylar juxtaposant nos parcours de captations sonores ainsi que la présentation des spectres sonores de ces lieux explorés. L’exploration des ces spectres et ambiances sonores ont été le fondement, la matière première, à partir desquels il nous était possible d’élaborer un territoire imaginaire et intangible afin d’établir un pont entre nos deux villes.

.

.

La mise en oeuvre consiste en la fabrication de divers dispositifs pour la diffusion des captures sonores exploré par chacun de nous. D’une part, à partir de ces échanges d’ambiances sonores, nos collègues Maurane et Damien ont travaillé sur la présentation de divers spectres sonores visuels conçu avec le logiciel After Effects, ainsi que d’un blog dans lequel le visiteur peut naviguer au travers la multitude des vidéos qui donne à voir et à entendre l’ensemble du travail. D’autre part, par la programmation d’une patch Pure Data qui est inspirée du blog, coexiste ces spectres visuels et sonores en alternance et de façon simultanée à travers le changement aléatoire de leurs volumes, leurs espaces sonores ainsi que de la transparence de ces vidéos. De plus, de petits objets électroniques sonores rappellent l’architecture des métropoles à travers la méthode sculptural et font référence à l’esthétique de Constant : New Babylon. alors que certains d’entre eux diffusent les captations sonores via des lecteurs mp3 qui, dans ce contexte, donnent un tout autre sens à leur utilisation habituel notamment dans le cadre de la balade en ville, d’autres transmettent le son de l’image d’un spectre via des micros-pezos collé à l’écran et qui renvoient le son de l’image dans un dispositif de bobine-magnétique fixé sur des objets résonants. De plus, une mini-édition de 4 livrets – dont 2 ont été envoyé à Genève, ont été sérigraphié sur papier mylar – médium souvent utilisé pour les dessins d’architecture. Dans ces livrets, les motifs des parcours entrepris par chacun dans l’exploration de différents lieux et territoires à travers la captation de leur ambiances sonore, se superposent entre eux et avec le schéma du circuit électronique des amplis. Finalement, le processus de fabrication à été régulièrement documenté.

.

______________________________________

PRÉSENTATION :

______________________________________

 

 

 

Référence : New Babylon de Contant

Blog : Maurane et Damien

 

 

Puredata avec spectres : Stephanie

 

 

 

 

______________________________________

LIENS – PROCESSUS DU PROJET :

______________________________________

 

Journal de bord

 

Blog « Paysages Sonores » (note : incompatible via Firefox)

 

______________________________________

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

______________________________________

 

CONSTANT (1997). Constant : New Babylon : art et utopie : textes situationnistes / édition établie et présentée par Jean-Clarence Lambert. Paris : Cercle d’art, 159 p.

 

FOUCAULT, Michel (2004). Utopies et Hétérotopies. Conférence audio. CD-rom. 44:20 min.

 

RUSSOLO, Luigi (1975) L’Art des bruits. Lausanne : L’Age d’Homme. 164 p.

 

TATI, Jacques (réal.). Playtime. 1967